16/06/2006

******

Le nid de l’ange et de la fée

 

 

Au fond de la Vallée des Rêves Azurés

Vivait une fée aux yeux couleur de temps

Et au rire cristallin comme rosée au printemps ;

Jusqu’à l’aube du jour, dans les bois elle courait.

Que faisait-elle ? Que cherchait-elle ? me direz-vous…

Cette fée-là était la fée des Rêves Merveilleux,

Ceux qui emplissent des petits enfants les yeux

Et qui laissent au petit matin du rose sur les joues…

Elle cherchait donc cette fée au fond des Bois Enchantés

Les Rêves Perdus qu’elle pourrait sans doute exaucer.

C’est là qu’elle trouva un rêve tout de larmes embué ;

Ce rêve était celui d’une âme par le désespoir hantée,

Le Rêve Perdu d’un ange au sourire magique

Qui versait des larmes amères sur ses amours passées…

La fée fut prise d’un élan du cœur et dit : « Assez !

Ne plus voir cet ange sourire, c’est dramatique ! »

Elle alla trouver la Reine des Fées pour lui dire son amour :

« Cet ange a trop souffert ! » dit-elle « Et je veux Moi,

De l’Amour si cruel envers les hommes changer les Lois ! »

La Reine répondit : « Je comprends que ton cœur soit lourd,

Mais tu connais du pays de Faery les Lois !

Du même monde vous n’êtes malheureusement pas !

Cet amour là est impossible, tu le sais ! Arrêtons là !

Oublie cet être, c’est mieux ainsi, crois-moi !

Cependant, la fée des Rêves ne l’entendait pas ainsi,

Et bafouant les Lois de Faery, elle rencontra l’ange

Dans un lieu où résonnait le chant des mésanges ;

Elle lui dit des mots doux et des mots d’amour aussi…

L’ange et la fée se rencontrèrent ainsi souvent ;

Et plus le temps passait, plus leur amour grandissait…

La fleur qui vivait dans leur cœur s’épanouissait

Comme jamais elle ne l’avait fait auparavant…

Leur si bel amour n’était cependant pas resté inconnu

Folle de rage, la Reine des Fées apprenant cela

Envoya chercher la petite fée qui accourut là …

« Te voici donc ! » dit la Reine, « Je t’avais prévenue !

Sais-tu que tu seras punie pour ta trahison ?

De telle faute, tu connais pourtant le châtiment :

De Faery, tu dois quitter les terres immédiatement ! »

« Ô ma Reine, je partirais vers un autre horizon,

Qui accueillera mon amour ainsi que le sien ! »

« Sais-tu, petite sotte ? » répliqua la Reine,

« Que le Ciel lui fermera ses portes d’ébène ?

Au statut d’ange déchu passera ton ange gardien ! »

« Soit, s’il en est ainsi » , dirent l’ange et la fée réunis,

« Nous vivrons tous deux dans un lieu autre !

La Terre où vivent les humains sera nôtre,

Elle sera de notre amour le douillet nid… »

Faery

22:33 Écrit par Xelfee | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Snif C hyper bo, jadoore !!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Sarah | 21/09/2006

Les commentaires sont fermés.